L’étude de Maître Fay

Au travers du témoignage de Maître Fay, ancien notaire à Brunoy, Ginny Felix nous renvoie quelques décennies en arrière. Il s’agit ici d’extraits de ses ouvrages : « ET SI BRUNOY VOUS ETAIT CONTE » tome I (1996) et tome II « DIX ANS APRES… » (2006).

Maître Robert FAY qui estimait la femme et l’écrivain et avait supervisé par amitié le tome I BRUNOY avait narré à l’auteur des histoires d’étude, (certaines figurant dans celui-ci, ne relevant pas du secret professionnel) mais il se souvenait aussi, petit garçon, que l’étude avait été créée le 31 Juillet 1867 par son grand-père, rue de la Gare ; elle était la seule maison existante de cette rue. Tout autour, ce n’étaient que des jardins ! Par la suite, vers 1920, les parisiens en goguette venaient se distraire et après avoir quitté la gare de Brunoy, se rendaient, qui au « Chat Noir » , qui « chez Gervaise », qui « au café de la Pyramide » (devenu par la suite « les Canotiers ») bien agréablement sis en bordure de la forêt ou encore, pour ceux qui venaient à vélo de la capitale, au « Café de la Pédale » (guinguette) portant maintenant le nom de « l’Etape de Sénart » se trouvant en lisière également de la forêt.

Il se souvenait également, jeune garçon, du retour des familles parisiennes, descendant à pieds, de la Pyramide, heureuses, ravies de cette journée de grand air, de bons mets dégustés dans les restaurants, ou sortant de « chez Gervaise » chantant à tue tête, riant, les bras chargés en saison, de jonquilles, de jacinthes sauvages odorantes, de muguet , etc… qui passaient devant l’étude, très tard dans la nuit, pour aller reprendre le dernier train qui les ramènerait chez eux.

Aux environs de 1920, il voyait passer aussi de lourds fardiers aux immenses roues, tirés par des percherons, chargés d’arbres entiers abattus dans la forêt de Sénart, destinés à être déposés sur des wagons de la gare de marchandises.

Il se souvenait aussi qu’un épicier crémier, Monsieur HAMEL, sis juste en face de l’étude, réputé pour la qualité de ses produits, faisait tourner d’un quart de tour , plusieurs fois dans la journée, ses pêches installées dans des cageots de bois, le long de la vitrine, afin qu’elles reçoivent toutes la même part de soleil !

Un café se trouvait à l’endroit qu’occupe actuellement le Crédit Lyonnais (NDLR : devenu récemment « LCL »).

La propriétaire en était auvergnate, et faisait parfois de l’aligot pour certains clients.

Recette :
- 400 gr de tome fraîche, ail,
- 1kg de pommes de terre
- 100 gr de beurre
- 200 gr de crème fraîche

Maître Robert FAY est décédé récemment mais son étude existe toujours à Brunoy (NDLR : SCP Antoine FAY et Christian Dobbe, 19 rue de la Gare à Brunoy).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *