L’Abbaye d’Auberive en Haute Marne Champagne

Dans le coin le plus méridional de la Haute-Marne, à environ une demi-heure de route de la vieille ville de Langres, se trouve une abbaye extraordinaire. Bien sûr, la nature même de la bête fait que la plupart des abbayes sont extraordinaires d’une manière ou d’une autre. Mais celle-ci est spéciale à la fois par son passé et par son présent.

L’Abbaye d’Auberive

L’abbaye est nichée dans un coin particulièrement joli du village d’Auberive et à proximité de la rivière Aube. Le trajet jusqu’à l’abbaye, à travers les nombreux méandres de la forêt d’Auberive, donne une impression d’éloignement et on n’a certainement pas l’impression d’être à seulement quelques heures de Paris et encore plus près de Dijon.

Construit à l’origine au 12ème siècle par les cisterciens, l’abbaye abritait au Moyen Âge une communauté florissante. Mais victime de la politique, des guerres de religion et des changements politiques, elle fut pillée pendant la guerre de Cent Ans, saisie au Pape par le Roi au 16ème siècle et vendue pendant la Révolution française (venant d’être reconstruite par des moines bénédictins).

Comme beaucoup de bâtiments de ce type, cette abbaye a dû évoluer au fil des ans pour survivre. Après la Révolution, elle flirta avec la vie de filature de coton, avant d’être utilisée comme grande prison pour femmes, puis enfin comme prison pour jeunes garçons (sous couvert d’établissement d’enseignement).ème Le siècle n’était pas beaucoup plus clément et l’abbaye fut réquisitionnée pendant la Seconde Guerre mondiale et servit même pendant une courte période de maison de vacances.

Un lieu d’émotions contradictoires

Jardin de l'Abbaye d'Auberive Haute Marne Champagne

Quand on arrive à Auberive aujourd’hui, on ressent un sentiment de sérénité, de lumière et de tranquillité qui est irrésistible. Et ironique.

Sur la place principale, face à une statue qui représente la méditation, l’abbaye semble évacuer tranquillement tout stress et le remplacer par un calme intérieur. Mais arrivés prisonniers il y a à peine plus d’un siècle, les femmes et les enfants ont été confrontés à une vie de famine, de privation et de dur labeur. Voilà pour le calme et la tranquillité.

A l’extérieur de certaines des cellules de prison restantes, on peut voir quelques photos. Il s’agit principalement d’enfants, âgés de 7 ans à peine, ramenés dans les locaux au tournant du siècle dernier. Dans les caves de l’abbaye, des prostituées, des débiteurs et des jeunes filles enceintes travaillaient ensemble pendant de longues heures dans des conditions humides, sombres et sordides.

Un avenir éclairé

Mais là où autrefois régnaient l’obscurité et la douleur, des rénovations discrètes signifient désormais espace, lumière et tranquillité. En 2004, l’abbaye est rachetée et ressuscitée par une famille française exceptionnelle. Ce sont à parts égales des industriels et des philanthropes, qui ont acquis une impressionnante collection d’art expressionniste et créé un centre d’art contemporain pour compléter les délicates restaurations. Leur collection est vaste, diversifiée, stimulante et parfois tout simplement extraordinaire.

Mea culpa

Dans le parc, au milieu des vergers d’arbres fruitiers anciens et rares et de lavande, vous trouverez cinq personnages, dont les visages sont animés d’angoisse et de détresse et qui rappellent tranquillement les souffrances d’autrefois. Et de l’autre côté de l’abbaye, à l’est du cloître, trois sculptures de prisonnières se débattent à travers les arbres, avec leurs bottes mal ajustées, leurs visages tristes et leurs mains nerveuses.

statues témoignant de l'histoire de l'Abbaye d'Auberive Haute Marne

Promenez-vous un moment dans les cloîtres frais et vous découvrirez la sophistication tranquille d’un style parapluie 18ème Plafond du siècle dans l’ancien réfectoire. Tournez ensuite dans la salle suivante et vous retrouverez les couleurs vives et les designs audacieux d’une salle dédiée à une convention de graffiti en 2007. La sérénité des vitraux conçus par Jill Audot aux « couleurs de la nature » dans l’ancienne église. chancel, vous préparera à ce qui va arriver.

Ajout d’un autre chapitre avec des expositions extraordinaires

Pendant quatre mois chaque été, l’abbaye accueille une exposition d’une partie de la collection d’art familiale, chaque année sur un thème différent. En 2017, c’était Opiums, basé sur le message sous-jacent selon lequel « la religion est l’opium du peuple » (Karl Marks) et posant la question : « Pourquoi les gens doivent-ils croire quelque chose ? Des œuvres d’art et des sculptures du monde entier, de toutes les cultures et de toutes les époques, réparties sur deux étages. Chaque année le thème change, mais les expositions sont toujours extraordinaires.

Ce n’est pas forcément ce qu’on s’attend à trouver dans un coin endormi de Champagne mais c’est qui fait réfléchir et, à sa manière, étrangement apaisant pour l’âme. Après tout, peut-être, ramener l’abbaye à ses racines.

Vous pouvez en savoir plus sur l’Abbaye d’Auberive sur : abbaye-auberive.com ou www.tourisme-langres.com

Vous pouvez vous rendre en Haute Marne en TGV depuis Paris jusqu’à Langres toute proche ou en voiture depuis Calais (A26 puis A5).
Pour plus d’informations sur la région, visitez www.tourisme-hautemarne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *