Tréguier, Bretagne, une ville parfaite en images

Si vous recherchez le meilleur de la Bretagne, l’historique Tréguier constitue la base idéale. C’est parfait pour les amoureux des jardins et de la nature, les marcheurs, les nageurs, les cyclistes et ceux qui aiment bricoler sur l’eau…

La petite ville de Tréguier jouit d’un emplacement idéal au sommet d’une colline, surplombant le confluent de deux rivières immaculées, le Guindy et le Jaudy. Des rues médiévales aux maisons à colombages aux couleurs vives descendent d’une place centrale, serpentant dans des ruelles étroites jusqu’au quai. Des yachts colorés et des bateaux de pêche bordent la marina du Jaudy. Les camping-cars se garent à l’abri des arbres au-dessus du Guindy. De là, le Jaudy est soumis aux marées, coulant vers le nord-est, le long de bois doux et d’une campagne ancienne, pour rejoindre la Manche à seulement quelques kilomètres en aval.

Deux des plus beaux jardins de Bretagne – Kerdalo et le Kestellic – sont à deux pas de chez vous, s’épanouissant à l’abri des rives boisées de la rivière. Un joyau beaucoup plus secret, le Jardin du Pellinec, est caché à côté d’une crique rocheuse sur la Côte de Granit Rose à moins de 16 km. La mer turquoise scintillante est à portée de main, offrant des kilomètres de criques remarquables parsemées de rochers et de sentiers côtiers, où les réserves naturelles insulaires sont entrecoupées de longues étendues de sable argenté.

Au VIe siècle, un pieux Gallois fut contraint de fuir sa chère patrie à la suite de persécutions anglo-saxonnes. Accompagné de sa mère et de plusieurs moines, Tugdual traversa la Manche et descendit l’estuaire du Jaudy. En voyant une colline conique entourée sur trois côtés par des rivières, il fut poussé à jeter l’ancre et sut qu’il avait trouvé le refuge parfait. La colonie de Tugdual devint connue sous le nom de «Landreguer,’ ‘le monastère des trois rivières.’ Autour d’elle s’est développée une ville qui conserve encore le nom original en breton, traduit en Tréguier en français. Bien que complètement détruit par les Normands, l’humble monastère de Tugdual fut reconstruit par l’évêque Gratias vers la fin du Xe siècle, renaissant comme une cathédrale dédiée à Saint Tugdual.

Saint Tugdual couronne toujours la ville mais elle possède désormais trois tours. ‘Tournée Hasting’ C’est tout ce qui reste de l’époque de l’évêque Gratias. Une reconstruction gothique élaborée du XIVe siècle a ajouté une autre tour à balustrade, elle-même dominée par la dernière et la plus haute addition, une tour percée élancée de style régional breton, construite à la fin du XVIIIe siècle. Bien que les anciens vitraux aient été brisés pendant la Révolution, les remplacements modernes jettent encore une touche de magie sur l’intérieur. Les cloîtres du XVe siècle sont parmi les mieux conservés de Bretagne.

vendeur-de-poissons-de-treguierLa cathédrale de Trégiuer est depuis longtemps un lieu de pèlerinage et nombre de ses pèlerins se distinguent par leur richesse particulière. En 1253, un enfant naît d’une branche mineure de la noblesse bretonne au manoir de Kermartin, à Tréguier-Minihy voisin. Il s’appelait Yves. Il a étudié auprès de Thomas d’Aquin à Paris puis a suivi une formation d’avocat à Orléans. En tant que prêtre, avocat et juge, Yves a consacré sa vie à prendre soin des pauvres et des affligés, vivant lui-même une vie de simplicité et d’austérité. Épuisé par ses soins, il mourut le 19ème décédé en mai 1303 à Kermartin, à l’âge de 50 ans. Ses restes furent ensuite enterrés en grand style dans un tombeau en marbre élaboré dans la partie gothique de Saint Tugdual. Comme Saint Yves, il est le saint patron des avocats.

Le Pardon de Saint Yves se déroule à Tréguier le 19ème En mai, les processions transportant ses restes et ceux de saint Tugdual sont accompagnées de fanfares portant des bannières colorées. Le regain d’intérêt pour les coutumes celtiques et la langue bretonne parmi les jeunes générations bretonnes fait de cette fête une fête pour tous les âges. Il n’est pas nécessaire d’être religieux pour en profiter. Que vous soyez pieux, païen ou autre, vous pouvez toujours profiter de l’occasion. La fête foraine arrive en ville et s’installe sur le quai, c’est une belle occasion de faire la fête. Il y a beaucoup de choix pour manger et boire, notamment dans les belles maisons à colombages du centre-ville et sur le quai. Si vous avez envie d’un repas de luxe, un dîner au bord de l’eau à l’Hôtel Aigue Marine est exceptionnel.

Les festivités se concentrent sur la place de la cathédrale, dominée par un homme corpulent en bronze, assis sur un banc. Il s’agit d’Ernest Renan, un fervent défenseur de sa Bretagne natale. Derrière lui se tient Pallas Athéna, déesse de la sagesse. L’inauguration de sa statue juste devant la cathédrale par les citoyens de Tréguier en 1903 fut controversée. Beaucoup pensaient qu’il se moquait de l’establishment catholique, car Joseph-Ernest Renan, né à Tréguier en 1823, était un philosophe révolutionnaire et un spécialiste des religions anticlérical, qui défendait la liberté d’expression religieuse…

Jane Gifford est une écrivaine et photographe spécialisée dans les voyages, les jardins, la faune et les questions environnementales : janegifford.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *