Menhirs magiques de Carnac, Bretagne

Avec ses rangées de menhirs, Carnac, sur la côte sud de la Bretagne, a longtemps fasciné l’homme. Le long du côté nord de la ville, environ trois mille menhirs s’étendent en alignements sur plusieurs kilomètres. Les trois principaux alignements sont Le Ménec avec 1 169 pierres, Kermario comprenant 1 029 et Kerlescan avec 555 pierres.

Des dolmens, chambres funéraires de pierres verticales supportant une dalle horizontale, sont également disséminées dans le paysage, et Carnac possède le plus grand tumulus d’Europe continentale : le tumulus Saint-Michel. Les monuments mégalithiques sont partout et en visitant Carnac, on se familiarise vite avec le vocabulaire. Le centre d’information de la Maison des Mégalithes, à côté du Ménec Alignements, est l’endroit idéal pour se renseigner ou réserver une visite guidée.

Enveloppé de mystère

De longues files de centaines de pierres debout dans un champ près d'un chalet à Carnac, BretagneEn tant que chambres funéraires, les dolmens et les tumulus appartiennent clairement à la fonction universelle d’enterrement des morts. Cependant, les alignements restent entourés de mystère. Pourquoi l’homme a-t-il érigé autant de menhirs en lignes ? Le folklore, les légendes et les superstitions abondent depuis des millénaires. Plus récemment, l’archéologie et la recherche scientifique ont apporté quelques éclaircissements sur la question, mais on ne sait toujours pas vraiment avec certitude. Peut-être Carnac était-il un lieu religieux, peut-être même un lieu de pèlerinage, ou bien les pierres étaient-elles dédiées ou liées au soleil ou à la lune, ou formaient-elles une sorte de calendrier agricole ? Cependant, une chose est sûre : compte tenu de l’effort nécessaire pour retirer les gros morceaux de granit des affleurements locaux et les déplacer sur le site, où ils étaient ensuite enfoncés dans le sol, ils ont dû occuper une fonction importante dans la société qui se formait à l’époque. ce temps.

Se connecter au passé

Si les pierres pouvaient parler, elles auraient de telles histoires à raconter. Ils ont été érigés entre 3 000 et 4 000 avant JC, au Néolithique, lorsque l’homme est passé de chasseur-cueilleur à agriculteur sédentaire et a commencé à s’installer dans des villages. Au cours de cette longue période, des progrès significatifs ont été réalisés dans le domaine de l’agriculture et des outils, qui ont permis à l’homme de cultiver, de domestiquer les animaux et de façonner son environnement. Le Musée de Préhistoire, au centre-ville, vous l’explique et mérite une visite.

Gros plan des menhirs de Carnac, des rochers usés par les intempéries, de l'herbe poussant à leurs bases

Je suis tombée sous le charme des menhirs au début des années 1990 lors de ma première visite à Carnac. Venant de Nouvelle-Zélande, je n’avais jamais rien vu d’aussi vieux construit par l’homme et ce fut une expérience émouvante. Les pierres offrent un spectacle impressionnant dans leurs lignes, telles des sentinelles sacrées, toutes semblables, mais chacune étant une statue individuelle avec son caractère unique. J’ai été étonné de voir à quel point ces formes simples de pierre, qui imitent la forme humaine droite, m’ont permis de me sentir connecté aux premiers hommes et à tous ceux qui ont vécu autour des menhirs et ont interagi avec eux pendant des milliers d’années.

L’expérience était plus riche car à cette époque on pouvait déambuler parmi les alignements et même s’asseoir sur les pierres. Il n’est pas étonnant que les principaux alignements aient ensuite été clôturés afin de les protéger de nouveaux dommages, notamment de l’ameublissement de la terre au pied des pierres, provoqués par le nombre toujours croissant de visiteurs. Ces jours-ci, si vous souhaitez approcher les pierres, visitez-les entre octobre et mars lorsque vous pouvez entrer librement dans les enclos. En haute saison cependant, la visite du site n’est possible qu’en participant à une visite guidée.

Lors de cette première visite, j’ai passé la majeure partie de mon séjour à explorer les alignements et à faire connaissance avec le plus haut menhir de Carnac, le Géant de Manio, haut de 6,5 mètres, assis seul dans les bois, avec pour seule compagnie un enclos bas en pierre, Le Quadrilatère. J’ai aussi découvert le centre-ville avec sa place et son église St Cornély, ses boutiques touristiques et ses petites galeries.

Carnac-Plage

Vue sur la mer au coucher du soleil, petits bateaux flottant, dans la ville balnéaire de Carnac Plage, Bretagne

Ce n’est qu’à mon retour à Carnac quelques années plus tard que je me suis aventuré vers le sud, sur la côte, pour découvrir une toute autre facette de la ville : Carnac Plage, avec sa longue plage de sable blanc, la Grande Plage, où le ciel s’ouvre et le l’horizon s’étend – un contraste saisissant avec les alignements, où les arbres et les pierres sur pierre remplissent le paysage et l’ancrent fermement au sol. J’ai été frappé par la façon dont Carnac contient la dualité intrinsèque de la Bretagne, comme disent les Bretons : armurela côte, et argoatà l’intérieur des terres, terrain légèrement boisé.

Carnac Plage a aussi ses alignements, mais ils sont d’un autre genre : files de tentes de plage rayées, petits voiliers sur les vagues et files de vacanciers et d’habitants devant l’emblématique glacier L’Igloo, regardant la fabrication des cornets de gaufres. en attendant d’en avoir un rempli de certaines des 170 saveurs de glace différentes disponibles.

Je reviens sans cesse à Carnac. Chaque fois que je me promène dans le centre-ville, je m’assois un moment dans l’intéressante église Saint-Cornély, je mange à ma faim de galettes et de moules frites et je goûte encore une autre saveur à L’Igloo après avoir flâné le long de la Grande Plage. Et je suis toujours attiré, avec le même sentiment de crainte et d’émerveillement, par les menhirs, en particulier par le Géant de Manio, qui se sent désormais comme un vieil ami.

Tracy Chollet est l’auteur de Alignment, un livre 5 étoiles qui raconte une histoire touchante sur la façon de surmonter les défis et de trouver l’amour à Carnac, en Bretagne. Pour en savoir plus : tracychollet.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *