Visites des champs de bataille en Champagne-Ardenne

La Champagne-Ardennes témoigne deLa guerre de tranchées statique et les batailles acharnées des Première et Seconde Guerres mondiales dans le nord-ouest de la France. L’histoire a laissé de nombreuses cicatrices de bataille sur le paysage. Après la guerre, le terrain a été défriché pour l’agriculture et les tranchées et les bâtiments militaires de fortune ont été tout simplement recouverts et oubliés. Mais là où le sol n’a jamais été labouré, des vestiges subsistent juste sous la surface.

Aujourd’hui, plus de 100 ans plus tard, des groupes d’archéologues militaires passionnés mettent au jour des sites depuis longtemps oubliés et des découvertes fascinantes sont mises au jour.

Sites historiques des champs de bataille des Ardennes

A partir de cartes et de documents originaux et en utilisant les méthodes de prospection les plus récentes, deux sites allemands étonnants ont été révélés. Au sommet d’une colline près du village de Massiges, où la ligne de front est restée statique de septembre 1915 à septembre 1918, un immense système de tranchées a été mis au jour. Cette zone, La Main de Massiges, a livré une grande quantité d’objets militaires enfouis dans le réseau complexe de fortifications. Plusieurs corps ont été découverts et ont depuis été enterrés dans des cimetières militaires locaux. Et les travaux se poursuivent.

ReuilLe camp de repos allemand de la Vallée Moreau est un autre endroit tout aussi fascinant. Les tranchées, les tunnels et les bâtiments y ont été restaurés par le Comité franco-allemand lorsque les travaux ont commencé en 1966. Le camp de repos, conçu pour accueillir plusieurs centaines de soldats « hors service », est ouvert le samedi pour que les visiteurs puissent découvrir la vie quotidienne des troupes. Commencée en 1915, la construction a été supervisée par un jeune officier subalterne appelé Rommel – le futur maréchal de camp de la Seconde Guerre mondiale. Les visiteurs peuvent se promener dans les tranchées, les abris souterrains, voir la centrale électrique, la cantine et les toilettes, un chemin de fer miniature, des cabanes de couchage et consulter des cartes et des photos. De nombreux camps de ce type existaient dans la forêt d’Argonne, où environ 200 000 soldats sont morts, et attendent d’être découverts. Récemment, un hôpital allemand en blockhaus a été découvert caché à flanc de colline.

D’autres sites méritent également le détour en Champagne-Ardenne, comme le Centre d’Orientation de Suippes. Vous y comprendrez les combats et découvrirez le côté humain du conflit à travers des films, des photos, des documents et des objets militaires. Grâce à des terminaux biométriques d’empreintes digitales, les visiteurs pourront suivre le destin d’une personne impliquée dans la guerre.

Sites de bataille en Champagne

A proximité de Reims se trouve le Fort de La Pompelle, construit en 1880 pour servir de point de défense à la ville. Durant les quatre années de bombardements intenses de la Première Guerre mondiale, il fut la seule citadelle autour de Reims à rester aux mains des forces alliées (troupes françaises et russes), assurant ainsi la défense de la ville. Le musée abrite une impressionnante exposition d’artillerie et une collection unique au monde de plus de 500 casques de l’armée impériale allemande. La première phase d’une réorganisation complète a maintenant été réalisée avec de nouvelles expositions et informations en trois langues.

L’église et le cimetière russes de Saint-Hilaire-le-Grand sont dédiés aux 4 000 soldats russes tombés en France pendant la Grande Guerre. Le tsar Nicolas II y envoya plus de 4 brigades d’infanterie de 44 000 hommes après les accords de 1915 avec la France, dont 2 brigades stationnées le long de la ligne de front en Champagne. Construite au 15ème De style orthodoxe du siècle dernier, la chapelle fut inaugurée en mai 1937 et le paisible cimetière abrite 915 corps.

À Dormans, L’un des quatre mémoriaux nationaux français domine la Marne et les vignobles. Achevé en 1931, ce monument imposant commémore les batailles de la Marne de 1914 et 1918, toutes deux soutenues par l’armée britannique. La victoire alliée lors de la deuxième bataille de la Marne fut le tournant qui devait conduire à la fin de la Grande Guerre. Dans l’ossuaire reposent les ossements de 1 500 soldats dont seulement 11 ont été identifiés.

4 divisions de soldats britanniques et du Commonwealth furent déployées dans l’Aisne (Chemin des Dames) et la Marne. Entre Dormans et Reims, le cimetière britannique de Marfaux abrite les tombes de 1 114 soldats britanniques et de 15 Néo-Zélandais. Le cimetière est entretenu par la Commonwealth War Graves Commission.

Rejoignez une visite des champs de bataille de Champagne et des Ardennes avec Sophie’s Great War Tours, des circuits sur mesure et exceptionnels de la Première et de la Seconde Guerre mondiale qui offrent des expériences de voyage immersives et inoubliables. Pour en savoir plus et réserver, rendez-vous sur : sophiesgreatwartours.com

Pour plus d’informations sur la région, visitez : www.champagne-ardenne-tourisme.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *